Programmation Pluriannuelle de l’Energie

La PPE de la Corse Les premières orientations de l’Exécutif Territorial pour la maîtrise de notre avenir énergétique.


Depuis la Loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte, promulguée au mois d’août 2015, la Corse fait l’objet d’une Programmation Pluriannuelle de l’Energie distincte.

 

L’Assemblée de Corse s’est prononcée le 29 octobre 2015 en faveur de cette PPE.

 

Après ce vote, la PPE a été rendue opposable par le décret n°2015-1697 du 18/12/2015 (paru au Journal Officiel le 20/12/2015), cosigné par le Premier Ministre et la Ministre de l’Ecologie.

 

La Corse est la première Zone Non Interconnectée à se doter d’une PPE.

 


Les objectifs de la PPE

 

La PPE permettra de garantir :
 

  1. la sécurité d’approvisionnement en carburants et la baisse de la consommation d’énergie primaire fossile dans le secteur des transports
     

  2. la sécurité d’approvisionnement en électricité 
     

  3. l’amélioration de l’efficacité énergétique et la baisse de la consommation d’électricité
     

  4. le soutien aux énergies renouvelables.

 

Elle est la feuille de route de l’avenir énergétique de la Corse entre 2016 et 2023. Elle s’inscrit dans le droit fil du Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE, voté par l’Assemblée de Corse le 20 décembre 2013) et permet d’en tracer la trajectoire.

 

La PPE en chiffres

 

Sur la période 2016-2023, il s’agit de réaliser par rapport à l’existant en 2015 :
 

1 - Lancement d’un vaste plan de rénovation du bâti de 960 millions d’euros pour 3000 logements par an.
 

2 – Lancement d’un vaste plan EnR de l’ordre de 472 millions d’euros :

  • EnR production électrique : 310 millions d’euros

  • EnR thermique, bois et solaire notamment : 162 millions d’euros

  • + 148% de puissance électrique installée à partir de sources d’énergies renouvelables garanties (hors grande hydraulique) 

  • + 38% de puissance électrique installée à partir de sources d’énergies renouvelables intermittentes 

 

3 – 1,475 milliards d’investissement dans les infrastructures et réseaux : Remplacement de la centrale du Vaziu par un Cycle Combiné Gaz 250 MW fonctionnant au fioul léger en attendant l’arrivée du gaz, réseau de transports Gaz Cyrénée, infrastructure d’amenée du gaz naturel.
 

4 – 205 millions d’euros dédiés aux transports et à la mobilité durables


Ces mesures devraient porter la part des énergies renouvelables à 22% de la consommation d’énergie finale en 2023, et 40% de la production d’électricité. Elles sont cohérentes avec la trajectoire d’autonomie énergétique à horizon 2050, telle que fixée par le SRCAE, qui vise à sortir la Corse de la dépendance aux approvisionnements extérieurs en utilisant les ressources du territoire.


L'Impact économique et social de la PPE
 

  1. Volet investissement
     

La pleine réalisation du scénario Programmation Pluriannuelle de l’Energie induit, sur la période 2016-2023, des investissements de l’ordre de 3.112 milliards d’euros.
 

  1. Impact sur la Contribution de Service Public de l'Electricité (CSPE)
     

Sur le plan strictement comptable, la mise en œuvre de la PPE sur 8 ans permet une baisse annuelle de 60 M€ de CSPE par rapport au scénario fil de l’eau. Cela signifie que la non-réalisation de la PPE coûterait 3.172 milliards au consommateur d’électricité tandis qu’avec la PPE, ce coût est de 3.112 milliards.

Sur le plan économique, social et environnemental, on passe d’un système de compensation du surcoût de production d’électricité à partir d’énergie fossile (fioul), à une logique d’investissement (travaux d’économie d’énergie dans les bâtiments, énergies renouvelables, transports propres…), créatrice d’emplois durables et de développement économique.
 

  1. Volet Emploi
     

La PPE devrait se traduire par la création de près de 4500 emplois dans la rénovation énergétique, 210 à 380 emplois nouveaux dans l’exploitation des équipements EnR. Au total, à horizon 2023, ce sont donc près de 5000 emplois pérennes qui seront créés, auxquels s’ajouteront 3500 non permanents liés à la construction des infrastructures énergétiques (centrale à cycle combiné gaz d’Aiacciu et gazoduc).

Ces derniers grands chantiers feront l’objet d’une attention particulière des services de la Collectivité Territoriale de Corse afin de maximiser les retombées pour la Corse tant en termes d’emplois que d’activité pour nos entreprises.

 

Des engagements fermes et contractualisés =

Arrêt définitif du fioul lourd

et marche en avant vers l’autonomie énergétique

 

A travers le décret relatif à la PPE, l’Etat :

  • réaffirme son engagement pour approvisionner la Corse en gaz naturel par l'intermédiaire d'une barge de gaz naturel liquéfié au large de Lucciana et d'une canalisation reliant Lucciana à Aiacciu

  • confirme qu’en attendant l'arrivée du gaz, il soutient un fonctionnement de la future centrale d'Aiacciu au fioul léger.

 

L’Assemblée de Corse a retenu dans son Schéma Régional Climat Air Energie de 2013 le gaz naturel comme un élément central de la transition énergétique du territoire vers l’autonomie énergétique à 2050. Le tracé prévisionnel du gazoduc Cyrénée est d’ailleurs indiqué dans la cartographie de la Carte de Synthèse du PADDUC voté le 3 octobre 2015.

  

Avec la signature de ce décret, la Corse peut désormais envisager un avenir énergétique plus stable et plus serein.

Bien plus encore, notre approche est de faire du secteur énergétique non seulement l’élément clé qu’il doit être dans la transition écologique que le monde doit opérer aujourd’hui, mais aussi un véritable levier de développement économique et social pour notre pays.

La Corse peut être un laboratoire d’innovations et d’expériences que notre majorité entend bien défendre malgré le mandat écourté dont nous héritons. Ainsi, très vite, les premiers effets de notre politique pourront se ressentir pour nos entreprises et pour le peuple corse.

 





Ecu cundutta, ciò chì ci vole à fà

Facebook

    Aucun événement à cette date.